Meurtre de Colette Daully : l’époux sera jugé aux assises

Le mari violent a fini par tuer son épouse.
Le mari violent a fini par tuer son épouse. - G.H./D.R.

La chambre des mises en accusation de la cour d’appel du Hainaut a renvoyé, mardi, Christian Colpin devant la cour d’assises du Hainaut pour répondre du meurtre de son épouse, Colette Daully. Les faits s’étaient déroulés le 30 juillet 2018, à la rue de la Prévoyance, dans la maison où le couple avait vécu ensemble.

Colette.
Colette.

Colette, excédée par la violence de son époux, avait quitté le domicile conjugal. Lui était furieux. « Au début, il la cherchait partout, il l’appelait jour et nuit. Il continuait à la harceler, à la dénigrer, à la menacer de mort. Il l’a salie en lui inventant des relations extraconjugales. Il était persuadé qu’elle le trompait. Il cherchait seulement à se victimiser et à susciter la compassion des gens. À aucun moment, il ne s’est remis en question. Jamais. Pour lui, elle l’abandonnait alors qu’il était malade », avait déclaré l’un des enfants du couple.

Christian avait partagé « son désespoir » sur les réseaux sociaux, un mois avant le drame. « Nous formions un si beau couple à l’époque. Et voilà, 50 ans après notre mariage elle me quitte pour reprendre sa liberté. Et moi, à l’âge de 72 ans, et en mauvaise santé, elle m’a abandonné. J’en pleure tous les jours ».

Le 30 juillet 2018, il a pointé son arme contre la tempe de son ex-femme et il a tiré. Colette est morte sur le coup. Lui a tenté de retourner l’arme contre lui. Une voisine, alertée par le bruit, a réussi à l’en dissuader. Et puis, Christian s’est rendu à la police pour raconter son crime. Il est toujours détenu mais est en très mauvaise santé. Son procès devrait avoir lieu en 2020.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :province de Hainaut
Chargement
Tous

En direct

Le direct